Traversée de l’Altaï

Après la ville d’Altaï et quelques centaines de kilomètres de tôle ondulée sur la route Sud, nous décidons de quitter cette route principale totalement pourrie et inintéressante pour visiter les montagnes de l’Altaï et de tenter de traverser le massif en s’approchant au plus près des plus hauts sommets. Evidemment, les cartes sont très approximatives comme souvent, et les pistes ne sont pas indiquées, nous allons donc explorer…

Nous entrons dans les montagnes par une jolie vallée, où se trouve une mine de charbon (exploitation à ciel ouvert, bonjour la poussière…). Et juste après, … une magnifique route neuve et goudronnée (déjà foutue au niveau de la sortie des camions) , complètement improbable au milieu des montagnes mongoles. La route part de la mine et mène à la frontière chinoise, elle a été construite par les Chinois et les Coréens. On espère que les contreparties ont été juteuses pour les Mongols… Nous campons pas très loin de la route (pas gênés par le trafic, car personne ne l’emprunte) et le lendemain repartons sur les pistes de montagne.

Après une journée de mauvais temps et une tentative ratée pour franchir un col à 3000 m (la piste se perd dans les pâturages), nous redescendons une jolie vallée pleine de fleurs, traversons plusieurs gués (sans problème cette fois puisque je vais les reconnaitre à pied dans l’eau glacée…). Malheureusement la piste que nous voulons prendre est coupée, une pelle mécanique et une demi-douzaine d’ouvriers sont en train de la refaire, à la méthode mongole… c’est-à-dire que le résultat n’est pas tout à fait plat, sans vouloir médire…

Comment faire pour continuer ? … par la montagne comprend-t-on … Bon, OK, on décide donc de prendre la piste qu’on nous indique. Nous passons une série de cols et arrivons sur un plateau d’altitude où une stupa est installée. Ce lieu doit être sacré, nous découvrons aussi de nombreux tumulus (il y en a partout en Mongolie, mais ici nous sommes particulièrement isolés, perdus dans la montagne) et des pierres gravées. Nous continuons au hasard dans une vallée mais la piste devient de plus en plus mauvaise et nous aboutissons au pied des cirques glaciaires, une jolie impasse.

Nous rebroussons chemin, prenons une une autre piste qui nous amène près d’un magnifique lac, parfait pour camper. Le lendemain nous parvenons enfin à trouver le col, à 3100m, qui nous permet de redescendre de l’autre côté de la chaine de montagne. Nous arrivons sur un plateau où se trouvent de nombreuses yourtes d’éleveurs de yaks. C’est étonnant de voir certains coins complètement vides (alors que les pâturages semblent riches) et d’autres endroits très occupés. Il faut les comprendre, les nomades vivent isolés mais aiment se regrouper et pouvoir aller visiter les autres familles qui campent à proximité.

Nous redescendons par une piste très accidentée qui met nos nerfs et notre voiture à l’épreuve, mais, bon, c’est le chemin principal, eux circulent à moto, c’est bien plus facile. Encore quelques cols (sur une meilleure route), des rencontres avec des yaks, des chameaux et des aigles, puis nous sommes de retour à Ölgii pour refaire le plein de provisions et repartir vers la Russie car notre visa mongol expire dans quelques jours. Mais nous reviendrons bientôt en Mongolie, vers le centre du pays cette fois.

DSC00133
DSC00207
DSC00151
DSC00169
DSC00217
IMG_8321
DSC00256
DSC00273
DSC00298
IMG_8370
DSC00179
DSC00367
DSC00401
IMG_8401
DSC00445
DSC00469
DSC00666
DSC00592
DSC00709
DSC00685

2 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Please copy the string sT7p25 to the field below: