Visa Пожалуйста

Moins d’une semaine avant le départ et toujours pas de visa… ça sent l’improvisation, ça. Et pourtant, on s’y est pris bien à l’avance, les démarches ont débuté fin avril !

Oui mais comme toujours avec les visas (et heureusement dans notre cas on n’en aura qu’un seul à prévoir à l’avance), les choses se passent pas comme prévu. Comme expliqué sur la page préparation, il faut passer par un organisme qui a pignon sur rue en Russie pour obtenir les papiers officiels qui permettent ensuite d’acheter son visa. Nous sommes donc passé par RussieAutrement, qui accepté de nous aider.

Mais après le délai prévu de 30 jours, pas de nouvelle. On avait de la marge, donc on s’inquiétait pas trop, mais il fallait quand même qu’on reçoive ces papiers (ils veulent les originaux, bien sûr, pas des scans) à temps pour le rendez-vous, qu’il faut prendre à l’avance auprès du bureau qui traite les demandes de visa ici à Marseille. Comme les Chinois, les Russes ont délégué le traitement des demandes de visa auprès d’une boîte privée, mais ne vous imaginez pas que cela rend l’expérience plus agréable : je soupçonne qu’ils aient exigé que les employés soient aussi odieux que la moyenne des préposés de consulat (après une bonne cinquantaine de visites à des ambassades un peu partout dans le monde, je peux témoigner que c’est une loi de la nature).

Sauf qu’une semaine plus tard, la tuile : mon contact m’annonce un problème d’ordinateurs au ministère, les papiers sont toujours pas prêts (dans notre société moderne, l’informatique est une victime idéale lorsqu’il faut trouver un coupable). Je lui mets bien la pression parce que là on risque d’avoir un problème; Finalement, jeudi passé, Oksana me rappelle pour me dire qu’elle a reçu les papiers et qu’ils sont partis par FedEx.

Entretemps mon rendez-vous est déjà passé donc il va falloir non seulement s’insérer entre deux clients, mais aussi payer le supplément pour un traitement express. Lundi à midi les papiers arrivent et c’est donc Cécile qui s’y colle en campant dans les locaux de l’agence. Documents et passeport en main, elle arrive à obtenir une audience auprès de Son Excellence la préposée payée au SMIC et qui a ses ragnagnas un jour sur deux. De mauvaise grâce, elle accepte de traiter notre demande, non sans s’être plainte de la mauvaise qualité d’un scan et d’une facture de téléphone qui manque… et oui, comme je ne suis pas Français, ils veulent une preuve que j’habite ici !

Ah, et bien sûr, pour couronner le tout, on tombe sur 2 jours fériés : la fête nationale (12 juin) et la Bar Mitzvah du fils de la voisine de la préposée (j’imagine). En fin de compte la demande est partie et on aura notre visa le 15, Insh Allah.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Please copy the string Qq21oj to the field below: